Archives départementales de Saône-et-Loire

AccueilSélection de documents audiovisuelsPatois et patrimoine - les conscrits

Sélection de documents audiovisuels

Imprimer

Transcription : Patois et patrimoine - les conscrits

Collecteur : AD71 Damien
Langue : Patois de Montpont-en-Bresse et Sornay, sous-titrage français
Témoignage enregistré du 01/01/2014 au 31/12/2014

Film documentaire réalisé par l'association Mémoire de Sornay en 2014. Cette séquence est composée de témoignages en patois de deux habitants de Montpont-en-Bresse et La Chapelle-Naude sur la pratique traditionnelle des conscrits dans leur commune : déroulement des festivités (tournée, banquet), tenue des participants (26 AV 1).


La tournée Écouter cette séquence

- Quand on faisait au conscrit, ça durait 15 jours.
- ça dépend de la commune.
- On faisait ça à pied et on passait partout. Dans toutes les maisons. Souvent on buvait un canon, on buvait le café, la goutte.
- Des fois l'ensemble.
- Des fois le soit on était bien fatigué.
- Oh oui ! On s'endormait à table.
- ça arrivait.


La tenue des conscrits Écouter cette séquence

- Ils avaient un ruban bleu blanc rouge, un vert, une cocarde, et qu'est-ce qu'ils avaient encore ? Un petit ruban tricolore avec le gobelet.
- Indispensable ça.
- ça oui, on buvait tout dedans. Et puis le drapeau.
- Le drapeau, la canne. A La Chapelle-Naude, on avait en plus un porteur de hotte. On avait un accordéon.
- Et puis on avait une casquette avec des cocardes dessus. Dans des endroits, ils avaient un drapeau.


La tournée et le banquet Écouter cette séquence

- On faisait une bonne tournée. Et puis les conscrites nous invitaient. Et puis on déjeunait ou on dînait. On essayait bien de draguer parfois.
- Mais quelquefois on n'était pas bien en forme. Nous, avec la hotte, on ramassait quelques oeufs et si on n'avait rien à déjeuner, on faisait une omelette où on se trouvait.
- ça huchait de temps en temps. On nous entendait de loin.
- ça c'est sûr car les chiens aboyaient. ça faidait aboyer tous les chiens dans le quartier. Il y avait les conscrites. Il fallait les décorer et on avait encore un bon déjeuner. Pas toujours un repas mais de bons gâteaux. Elles débouchaient du pétillant.
- A l'époque c'était bon le pétillant. Nous c'était plutôt le soir chez les conscrites. On y finissait la journée.
- On en décorait des fois deux dans l'après-midi. C'était long.
- Vous aviez une grande commune, il y avait beaucoup de filles chez vous.
- Il fallait leur payer leur banquet.